Les Formations

Back to top

Les certificats délivrés par la profession :


Le Certificat de Qualification Professionnelle Animateur Soigneur Assistant-CQP ASA : Il se décline en deux mentions, Equitation (support poney ou support cheval) et Tourisme Equestre. Les titulaires du CQP ASA peuvent exercer l’emploi d’animateur soigneur.
Le Certificat de Qualification Professionnelle Enseignant Animateur d’Equitation-CQP EAE : Les titulaires du CQP EAE peuvent exercer l’emploi d’enseignant animateur.
Le Certificat de Qualification Professionnelle Organisateur de Randonnées Equestres-CQP ORE : Les titulaires du CQP ORE peuvent exercer l’emploi de Guide Enseignant de Tourisme Equestre


Les titres délivrés par la Fédération Française d’Equitation :


Le TFP AAE :

Le Titre à Finalité Professionnelle Animateur Assistant d’Equitation s’adresse à des personnes d’au moins 18 ans qui souhaitent exercer un rôle d’animateur au sein de structures équestres. La formation s’effectue dans des centres égréés par la FFE et s’organise sur un volume recommandé de 600 heures, réparties sur 300 heures de formation théorique et pratique et 300 heures de stage de mise en situation professionnelle.


L’ATE :

Le brevet d’Accompagnateur de Tourisme Equestre certifie la capacité à préparer et à conduire promenades et randonnées équestres en autonomie sur des itinéraires identifiés et entre des relais d’étapes connus, en assurant la sécurité et l’agrément des cavaliers, un emploi rationnel et la sécurité des équidés, le respect et la sécurité des tiers. La formation comprend au minimum 300h de formation et 300h de stage pratique professionnel.


Les diplômes délivrés par le Ministère des Sports :


Niveau V :


Le BAPAAT : commun au secteur socioculturel et sportif, le Brevet d’Aptitude Professionnelle d’Assistant Animateur Technicien de la jeunesse et des sports représente le premier niveau de qualification pour l’animation et l’encadrement des activités sportives et socioculturelles. L’entrée en formation est possible dès l’age de 16 ans. 
Le titulaire du BAPAAT exerce son activité sous la responsabilité pédagogique, technique et logistique d’un animateur de niveau supérieur. 
La préparation à ce diplôme est assurée par des centres de formation agréés par les Directions Régionales de la Jeunesse et des Sports (DRJS). La formation se déroule en alternance : centre de formation/lieu d’activité professionnelle. Le volume de la formation comprend 1 500 à 2 000 heures d’enseignements généraux, technologiques et professionnels. Le BAPAAT pour l’équitation comprend deux supports techniques : randonnée équestre et poney.


Niveau IV :

Le BP-JEPS : Créé en 2001, le Brevet Professionnel de la Jeunesse, de l’Education Populaire et du Sport succède au BEES 1. Il atteste de la possession des compétences professionnelles indispensables à l’exercice du métier d’animateur dans le champ de la spécialité obtenue. 
Le moniteur d’équitation exerce en autonomie son activité d’animation, en utilisant les supports techniques des activités équestres dans la limite des cadres réglementaires. Il est responsable au plan pédagogique. Il assure la sécurité des tiers et des publics dont il a la charge. Il a la responsabilité du projet d’activité qui s’inscrit dans le projet de la structure.
La plupart des structures développent uniquement des activités équestres utilisant chevaux et/ou poneys, certaines sont centrées sur une activité spécialisée : équitation, tourisme équestre, équitation western, équitation de tradition et de travail, attelage. Les autres structures sont multi-sports ou liées à une activité d’élevage ou de commerce d’équidés.
La préparation à ce diplôme est assurée par des centres de formation agréés par les Directions Régionales de la Jeunesse et des Sports (DRJS). Le BP-JEPS activités équestres comprend cinq mentions : équitation, tourisme équestre, attelage, équitation western, équitation de travail et de tradition.
Contact : Directions Régionales de la Jeunesse et des Sports (DRJS)


Niveau III :


Le DE –JEPS : Créé par le décret n° 2006-1418 du 20 novembre 2006, le diplome d’Etat de la jeunesse de l’éducation populaire et du sport atteste de l’acquisition d’une qualification dans l’exercice d’une activité professionnelle de coordination et d’encadrement à finalité éducative dans les domaines d’activités physiques, sportives, socio-éducative ou culturelles.
Ce diplôme est décliné en deux spécialités : « perfectionnement sportif » ou « animation socio éducative ou culturelle ». Une mention relative à un champ disciplinaire ou professionnel personnalise le diplôme.
Pour obtenir le diplôme, le candidat doit valider quatre unités dont deux sont transversales, une est spécifique à la spécialité et une est relative à la mention.
Des arrêtés doivent maintenant fixer les modalités pratiques de mise en place de ce diplôme (contenu de la formation, volume horaire, habilitation des centres de formation, etc.)
Niveau II

Le BEES 2 : L’éducateur sportif deuxième degré d’équitation exerce en autonomie son activité d’encadrement, en utilisant les supports techniques de l’équitation dans la limite des cadres réglementaires. Il est responsable au plan pédagogique, technique et logistique. Il assure la sécurité des tiers et des publics dont il a la charge. Il a la responsabilité pleine et entière du suivi financier et politique du projet de la structure. Il entraîne des cavaliers pour la compétition de niveau Pro 2 et forme les futurs moniteurs. Il forme les chevaux dans les trois disciplines suivantes : saut d’obstacles, dressage et extérieur.
Contact : IFCE - Institut Français du Cheval et de l’Equitation- stages-ene@cadrenoir.fr
 
Le DES –JEPS : Créé par le décret n° 2006-1419 du 20 novembre 2006, le diplome d’Etat supérieur de la jeunesse de l’éducation populaire et du sport atteste de l’acquisition d’une qualification dans l’exercice d’une activité professionnelle d’expertise technique et de direction à finalité éducative dans les domaines d’activités physiques, sportives, socio-éducative ou culturelles
Ce diplôme est décliné en deux spécialités : « perfectionnement sportif » ou « animation socio éducative ou culturelle ». Une mention relative à un champ disciplinaire ou professionnel personnalise le diplôme.
Pour obtenir le diplôme, le candidat doit valider quatre unités dont deux sont transversales, une est spécifique à la spécialité et une est relative à la mention.
Des arrêtés doivent maintenant fixer les modalités pratiques de mise en place de ce diplôme (contenu de la formation, volume horaire, habilitation des centres de formation, etc.)

Les diplômes délivrés par le Ministère de l’Agriculture :

 

 
Les Certificats d’Aptitude Professionnelle Agricole - Niveau V : 


CAPA option Cavalier-soigneur, lad-jockey - lad-driver, lad-driver d’entraînement : Ce certificat est de niveau V, accessible après une formation de un an.
Le cavalier-soigneur, lad-jockey ou lad-driver d’entraînement comprend et assure l’exécution du travail décidé par les personnes compétentes dont il dépend et leur fournir tous les renseignements utiles sur l’état des chevaux et matériels dont il a la charge. Il accomplit les activités suivantes :

  il assure les soins quotidiens à prodiguer à un cheval de sport (litière, pansage, nourriture, soins vétérinaires élémentaires) ;

  il est capable d’exécuter chaque jour le travail d’entretien nécessaire au maintien de la condition physique d’un cheval de sport et de rendre compte de l’exécution de ce travail ;

  il entretient les harnachements et le matériel nécessaire aux chevaux.
CAPA option Maréchalerie  : L’ouvrier qualifié en maréchalerie est un professionnel du cheval dans le domaine du pied. Il assiste le maréchal-ferrant. Il peut être indépendant ou salarié d’une entreprise hippique ou de maréchalerie.
CAPA option Soigneur d’équidés : Le soigneur est un salarié employé dans des haras et des exploitations d’élevage de chevaux, dans les centres équestres, dans des centres d’entraînement de chevaux de course au galop ou au trot, et dans tout secteur de la valorisation des équidés.
Le titulaire du CAPA option Soigneur d’équidés assure entre autres les soins quotidiens aux chevaux (alimentation, entretien, observation du comportement, soins selon prescriptions du vétérinaire, transport éventuel).


 
Les Brevets d’Etudes Professionnelles Agricoles – Niveau V :


BEPA option Activités hippiques, spécialité Maréchalerie : Le professionnel qualifié en maréchalerie exerce maîtrise les techniques de forgeage et de ferrage ; il prépare et effectue des ferrures courantes. L’ouvrier qualifié en Maréchalerie est un professionnel du cheval dans le domaine du pied. Il peut être indépendant ou salarié d’une entreprise de maréchalerie.
BEPA option Activités hippiques, spécialité accompagnement de randonnées équestres : Le professionnel qualifié en accompagnement de randonnée équestre est un gestionnaire d’écurie, responsable de l’activité "accompagnateur de tourisme équestre". Il prépare et conduit une promenade ou une randonnée en assurant la sécurité et le bien être des cavaliers et des équidés, et il adapte la cavalerie à la diversité du public :

  •   Il gère une écurie et une cavalerie adaptée
  •   assure les soins quotidiens aux chevaux
  •   choisit et maintient en condition d’utilisation une cavalerie adaptée à cette activité
  •    Il participe à la gestion et à la promotion de l’activité de randonnée
  •    Il participe à la maintenance du matériel et des installations

   Il situe l’entreprise de tourisme équestre dans son environnement
BEPA option Activités hippiques, spécialité entraînement du cheval de compétition : Le professionnel qualifié dans la préparation à l’entraînement du cheval de compétition identifie les caractéristiques et les atouts d’un cheval en vue de sa mise en compétition : course, trot ou galop, sport équestre. Il organise et coordonne les travaux courants de l’écurie et y prend part. Il participe à la mise en œuvre du programme d’entraînement en fonction des compétitions prévues, de l’état du cheval et des données climatiques.
BEPA option Activités Hippiques, spécialité soigneur aide- animateur : Le titulaire du Brevet d’Etudes Professionnelles Agricoles activités hippiques identifie les caractéristiques d’un cheval, apprécie son état de santé et son comportement, assure les soins quotidiens aux équidés. Il participe au travail des équidés et au débourrage, entretient les locaux, les espaces et le matériel et il assure la propreté de l’établissement. Il participe à l’accueil du public et aide l’animation des activités proposées par la structure, sous la responsabilité d’une personne titulaire d’un diplôme de niveau IV reconnu au titre de la loi sur l’encadrement des activités physiques et sportives.


Le baccalauréat professionnel agricole - Niveau IV :


Baccalauréat professionnel conduite et gestion des entreprises hippiques (CGEH) : Le responsable d’exploitation agricole en production du cheval travaille dans des exploitations agricoles spécialisées dans l’élevage et l’éducation des jeunes chevaux. Il conçoit le développement de son exploitation et met en œuvre, individuellement et/ou collectivement, les différentes activités de production, transformation, commercialisation de produits et services de l’exploitation ou liés à l’exploitation, qui, combinées, constituent le système d’exploitation.
Le brevet professionnel agricole - Niveau IV
Brevet professionnel option Responsable d’exploitation agricole (BPREA) : Le responsable d’exploitation agricole est un exploitant, conjoint d’exploitant, associé ou régisseur salarié d’exploitation.
Il met en œuvre, individuellement et/ou collectivement, les différentes activités de production, transformation, commercialisation de produits et services de l’exploitation ou liés à l’exploitation, qui, combinées, constituent le système d’exploitation. 


Le brevet de technicien supérieur agricole - Niveau III :


BTSA option Productions animales : Les postes occupés par ces techniciens supérieurs se caractérisent par leur grande diversité. Outre ceux qui s’installent à la tête d’une exploitation, leurs employeurs se classent dans l’industrie laitière ou celle des viandes, la collecte et le négoce, les groupements de producteurs, l’alimentation animale, le contrôle de performance, le développement, l’insémination artificielle, la formation et, en moindre proportion, dans le machinisme et les équipements spécialisés, la recherche, les instituts techniques.
Les principales fonctions occupées sont celles qui touchent au conseil et au technico-commercial. Les autres relèvent de la production, de la formation et du laboratoire-expérimentation.
On peut caractériser la qualification recherchée pour un emploi de technicien supérieur en production animale de la manière suivante : agent de relation-conseil spécialisé en production animale, au service de structures variées exigeant de lui une capacité de contact mise en pratique dans les registres divers (commercial, technique, de service).
Par sa qualification de niveau III, le technicien supérieur se situe dans l’emploi entre l’ingénieur et le technicien (de niveau IV). Son degré de responsabilité et d’autonomie est variable selon la nature et la taille de la structure qui le recrute. Les employeurs recherchent en lui, de prime abord, un profil de technicien maîtrisant bien les connaissances technologiques de base en production animale, l’approche globale de l’exploitation d’élevage et de son environnement, les données essentielles de la filière.
Ses bases scientifiques et techniques doivent lui permettre d’acquérir ultérieurement une spécialisation par une formation complémentaire, axée sur une activité précise (rôle commercial, techniques d’insémination, de contrôle de performances, de production très spécialisée…).
Les formations universitaires
Certaines universités proposent désormais des formations (licences professionnelles notamment) ayant pour objectif de former des professionnels capables de maitriser le fonctionnement des entreprises équestres (gestion financière, suivi des salariés, marketing, communication...).